Chapitre 7 : Forga

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Chapitre 7 : Forga

Message  Le Savoir Prismatique le Lun 20 Sep - 2:22

Code:
LOGIN SETUP

Acess to Main Computer [GWL]
Log : Mantis
Password : **********

Wait...

Can't access. Input again.
Access to Main Computer [GWL]
Log : Mantis
Password : *********

Wait...

Access Gained. Input then again.
Access Computer to Main [GWL]
Log : TheSorrow
Password : ******

ERROR CAN'T ACCESS MEMORY CARD

YOU NEED TO CHANGE CHANNEL. 61

CUT THE POWER NOW. OVER AND OUT.

 Ces lignes de code, nées d'un processeur lent et laconique, à l'intonation vide de son statut, proviennent aux protagonistes à travers des visions, des sons, difficiles à appréhender et déchiré entre le réel et le factice. Petit à petit, "l'orbe de l'inexistence présente" commence à s'affaiblir. L'horrible, terrible, indescriptible tension à laquelle ils faisaient préçédement face commençait à s'affaiblir. C'était lent, très lent, même si ce n'était que trois minutes cela paraissait interminable car seule ces minutes, ces secondes, ces onces et moitié de secondes, ne comptaient dans leur esprit – cela se faisait petit à petit, et progressivement, l'effet qui tiraillait leur être et rendait vaine leur pensées, arrachant leur santée mentale de son orifice et offrant à la folie leur entendement en déroute, s'affaise. La musique affôlante et frôlant l'insupportable s'était elle aussi arrêtée, peu avant. Cet horrible sentiment d'être déchiré entre l'existence et le néant venait de s'éteindre. A l'instant même où la chute commença, ce fût l'effet d'une décharge énorme et sans pareille pour le groupe, qui jamais ne se sentî aussi soulagé, libéré d'un poid et d'une souffrance mentale et psychologique qui n'avait de mots pour être décrite. C'était un instant subtil, difficile à décrire, et qu'il serait de toute manière surfait et superflu de tenter à décrire : C'était une libération, simplement, et captée d'une manière unique, et différente, pour chacun d'eux. Cet instant de surréalisme impalpable prennait fin, et tout autours d'eux reprennait du sens. Ils touchaient leur corp pour certain, comme si ils n'en étaient plus si certain de réellement exister – mais ils étaient bien vivants, et présents. Un regard complice envers leur compatriotes vers la vie... Tout va bien. Tout semble bien allez. L'effet est passé. Tout est clair maintenant. Leur esprit n'est plus embrouillé. Cela-dit, tout a pris une forme bien plus simple, las, fatiguée. Leur appréhension des choses et de l'environnement devient beaucoups plus simplifié, ils sont épuisé et le surflux est coupé de leur raisonnement : Il ne reste que le tronc de la raison, a qui on a coupé les branches et les feuilles. Ils se réveillent d'une lourde léthargie. Une voix leur parvient.

 — Vous ne me connaissez pas... Mais moi, je vous connais.

 Ces mots s'étaient clairement fait entendre, aucun mot. Mais... Ils venaient de nulle part. Pas même de leur esprit. Ils n'existaient pas, ou tout du moins, il semblait : Ils réalisèrent qu'il sagissait d'une sorte d'écho, qui se sublimait et richochait avec lourdeur sur les paroies éloignées de l'immense caverne, s'évanouissant lentement dans le vide ambient inaltérable si propre à la grotte sans fin. Cet écho est spécial, difficile à décrire : C'est une sorte de voix aigüe et lacinante, clairement identifiable, qui se ballade à travers la caverne, sans origine préçise. Un écho provient de facto d'une source, d'une originale, de laquelle elle s'étend telle des vagues, de concert, immuables; mais aucune origine ne se faisait sentir. Aucune provenance à cet écho. L'écho se faisait entendre, mais les vagues étaient vide d'identitées : Elles ne portaient la marque d'aucune origine, d'aucune volontée. Elles étaient simplement porteuse d'un objet indescriptible dénué d'origine. Voilà le seul moyens de le décrire. L'écho répète une nouvelle phrase, toujours dénuée d'origine préçise, percutant milles et une roches à travers l'ensemble de la grotte à la fois :

 — Impressionnant... Admirable... Fascinant. Après toute ces années, à sonder l'esprit de l'être humain, jamais je n'avais rencontré d'êtres aussi dense, si ce n'est, le patron... Seul votre amis ici présent, le jeune élu, est dénué de tout esprit, dévoué de manière malade et d'une obsession putride à son rôle qui lui a été donné... Mais, ce n'est pas grâce à votre talent seul que vous êtes ce que vous êtes aujourd'hui...

 La voix s'affaiblie, emportée dans les ténèbres de la caverne, qui leur revient droit dedans maintenant que le "sort" est brisé.

 — Nous nous reverrons peut-être... Que l'esprit du guerrier, soit toujours avec toi...

 Cette dernière phrase raisonnait inlassablement, et même après avoir terminé son écho, elle perdura, inébranlable, dans leur esprit, marquée d'une grâce inébranlable. Mais, vu qu'il avait parlé de Farus, le groupe soudain réalise – tout du moins, se souvient, du jeune Raigan qu'ils avaient l'espace d'un long et agonisant instant, oubliés. Ils se tournèrent tous vers lui, comme si ils savaient tous natûrellement, de source, où il se trouvait par rapport à eux. Il était là, il se tenait droit et toujours aussi noble et fier. Il n'étais aucunement perturbé, de rien. En fait, c'est comme si rien ne s'était jamais passé quand on observe le regard peint de sagesse et dénué de toute angoisse, embrassant le calme et la sérénitée. Cela-dit, une légère grimace désappointée se dessine sur son beau visage, alors qu'il rumine cette phrase :

 — Merde... Ce n'était pas Forga. Il n'était pas là. Encore un fichu cul de sac. Où peux-t-il se cacher ? Nous n'avons plus le temps... Une nouvelle personne va mourrir. Vite !, il se mes à fiévreusement inspecter les alentours, alors qu'ils réalisent, se remettent en vue et en pensée, qu'ils sont sur un immense embout au pinacle du long chemin tortueux, se formant comme une sorte de grand cercle perdu au milieux du vide, au plus proffond de la grotte. Et autours d'eux, rien, l'habituel gouffre donnant sur le néant. Qu'était-il arrivé, personne ne pouvait se le mettre. Tout était devenu simple dans leur esprit, jusque dans la manière de résumer ce qui était arrivé, cela-dit jamais le problème n'avait été si compliqué dans ce qui les entoure.
avatar
Le Savoir Prismatique
Régisseur du Destin

Messages : 113
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://destinacio.naturalforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 7 : Forga

Message  Warp le Mer 22 Sep - 20:57

Merde.
Alberich ne se dit que ça. Merde.
Ils avaient réussi à déjouer l'illusion de l'olibrius qui leur avait fait affronter la fausse Forga. Celui-ci les avait félicité, leur parlant de leurs esprits fascinants à lire... avait-il tout contrôle sur le mental ? Vu les événements, oui... inquiétant. Il avait du voir l'autre individu dans son esprit... qu'en avait-il pensé ? Avait-il pu obtenir des détails ?
Quoiqu'il en soit, il était parti. Ils étaient de retour à la réalité.

Et la réalité n'était pas joyeuse : si Forga n'était pas là, où était-elle ? Farus, malgré sa passivité complète durant les événements (à croire qu'il s'en foutait totalement, triste), soulevait un point important : ils n'avaient toujours pas trouvés Forga, et le temps comptait. Et la vie de Luna s'éloignait de plus en plus... avaient-ils le droit de la perdre ?
C'était à se taper la tête contre un mur. Les trois chemins avaient été fouillés, et aucune trace du démon à part cette hallucination...
Mais... s'ils avaient combattu l'illusion ici, c'est qu'ils devaient être sur le bon chemin. Il ne pouvait pas considérer que ce mystérieux personnage les avait testé ici pour rien.
Il s'avança vers le néant... et le fixa. Et s'il y avait quelque chose ?

Il envoya la moitié de ses boules de lumière aller chercher un peu. Le groupe plongea d'un nouveau cran dans l'obscurité.
avatar
Warp

Messages : 68
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 7 : Forga

Message  Sazer le Lun 27 Sep - 17:09

C'était donc, encore et malheureusement, un mauvais tour de Forga. Tout ce chemin et tout cet "entrain" (mot qui ferait doucement sourire Sazer en vu de la situation) pour tomber face à une illusion, qui, à part envoyer des flashs, ne faisait rien.
Ah si... Le militaire pouvait néanmoins noter que Forga les admirait ou presque. L'admiration d'un lâche, que c'était magnifique. On pouvait comprendre sur le coup, pourquoi cet empoté de Farus n'avait pas réagit face à Forga. Il savait donc que c'était une illusion. Mais il aurait pu arrêter les autres qui s'étaient rués vers le monstre... Quoique, c'était amusant de voir tout ce courage, toute cette force... tout ces sentiments pour terrasser une illusion.


- Hu hu hu... (oups, excusez-moi). Very Happy

Être patient et observateur lui aura permit de garder une certaine fierté de n'avoir pas brassé de l'air. Forga, en plus de se jouer d'eux, il avait peut être cherché à les observer... comprendre leurs techniques de combat. Uh ?
Le colonel ignorait si Forga était un lâche ou si simplement, il était rusé de privilégier l'observation comme lui, que l'attaque. En tout cas, ils avaient encore perdu du temps... du temps, pour Luna même si elle se surpassait pour rester debout ou presque. En observant les alentours, le groupe devait être sans doute dans l'antre même de Forga. Si elle était cachée, elle serait sans doute pas bien loin de ce lieu. A moins, ce qu'il espérait pas, qu'elle soit retourné dans le village pour moissonner d'autres vies...
Sazer quittait de sa position "d'observateur" pour rejoindre les autres membres combattants. Il arrivait de manière presque détendu malgré que leur traversé de la caverne, il émettait des doutes... De cette détente, il en profitait de replacer son monocle qui glissait encore... Depuis tout ce temps, il devrait opter pour un verre à sa taille ? A y croire que ce défaut lui plairait tout au contraire.

Goykai regardait rapidement Albérich qui, semblerait cherche quelque chose dans la pièce. Ce qui est une bonne idée, vu qu'ils n'y aurait pas d'intérêt à rebrousser chemin.

- Eh bien. Eh bien. Quelle émotion!
A en croire que Forga se jouait de nous et qu'elle voulait... humhum... vous observer. J'espère qu'elle prépare pas un plan où elle aura connaissance de causes de vos techniques... Mais je suppose que vous avez tout un stock de techniques ! Very Happy


Suite à cela, il se raclait la gorge pour commencer à discuter plus sérieusement.

- Dans les faits, je juge qu'il n'est pas question de faire marche arrière. Nous n'avons pas le temps pour Luna, et j'ose espérer que Forga soit encore dans son antre et non dans le village.
On devrait fouiller cet endroit... Sans doute qu'on trouvera une autre zone à visiter...


...

Au fait, Forga a cherché aussi, visiblement, à nous montrer quelque chose.... Vous avez eu des sortes de.. "flashs" ?


Des flashs... Qu'est ce que Forga cherchait à montrer.
Une feinte de sa part qui n'avait pas marché, ou une vision qu'elle voulait dévoiler à eux en particulier...
Son flash... Il préférait pas y penser.
avatar
Sazer

Messages : 55
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 7 : Forga

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum