Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Le Savoir Prismatique le Dim 2 Mai - 19:32

L'Horizon...

 Combiens de temps cela avait duré ? Ils l'ignoraient. Où étaient-ils ? Même réponse. Ils étaient tous éparpillés par-terre, avachi l'aurait-on pu dire vis à vis de l'expérience passablement traumatisante qu'ils venaient de vivre... Où venaient-ils vraiment de la vivre ? Ils ne savaient pas non plus. Le cours du temps devenait vague. Ils ne savaient pas depuis combiens de temps ils étaient là, et depuis combiens de temps ils ont dormis... Dormis... C'est là que l'éclatante lumière d'un parfait ciel bleu d'été resplandît sur eux, de concert avec la tiède chaleurs ambiante, et que progresivement, dans une douceur des plus agréables aussi surprennant cela soit-il, ils se tirent, progressivement, de leur lourds sommeil. Ils sortent de leur léthargie, et commence à regagner leur sens. Ils sentent le sable chaud autours de leur corp... Et l'odeur de la mer... Ils sont sur une plage... Ils se réveillent et observent l'horizon. Un horizon grandiose. Un ciel et une mer unie et infinie, qui continue, infiniment. Certains à l'ombre, ils remarquent alors la présence de divers arbres aux feuillages divers; car, lorsque l'on se retourne, la surprise frappe : Derrière eux, dans le calme ambiant et le bruit sourd et apaisant de la mer, se trouvait une étendue de verdure, d'arbres, de flore... Avec, pour seul horizon, l'espace intersidéral; l'univers, vaste et infinis, tout autant que la mer embrassant le ciel.

 Singulier spectacle, alors que nos héros réalisent que de manière parfaitement étrange et onirique, le ciel et l'espace se joignent, comme si le jour et la nuit étaient ensemble dans une parfaite fusion, dans une ciscion distincte visible à l'oeuil nue et difficile à décrire. D'un côté, la plage et la mer qui s'étendait... De l'autre, un jardin naturel indescriptible, qui prend fin sur l'univers lui-même, ayant vu sur son immensitée et ses étoiles innomables.

 Ils s'évéillaient, contemplaient... Réalisaient. Ils ne le savaient pas encore, mais ils se trouvaient dans la Croisée des Chemin. L'endroit où les destinées, les mondes et les espoirs, se croisent.
avatar
Le Savoir Prismatique
Régisseur du Destin

Messages : 113
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://destinacio.naturalforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Schiffer le Dim 2 Mai - 19:38

Schiffer se leva rapidement. Il faisait beau, chaud, il était sur la plage et mort qui plus est. Ce professeur avait tué Ike. Il y était même allé fort. De toute façon, Schiffer avait été prêt à lui couper la main tenant l'arme et l'aurait fait facilement si l'attaqué n'aurait pas été l'être le plus fort qu'il ait vu. Ike, en plus d'avoir annoncé son attaque, avait fait un bond extrêmement inutile.

De toute façon, Schiffer était assez heureux. Après un long moment de stress, d'incompréhension et plus encore, il était maintenant dans un décor paradisiaque. Il se mit à crier

''WOUHOU!!! LA PLAGE ''

Sur ces mots très utiles pour un quelconque aveugle, il enleva rapidement son chandail, ses bottes et son fourreau. Sans même prêter attention au fait qu'il soit désarmé, il couru en pantalons jusqu'à l'eau et sauta dans la mer. Plus rien n'avait d'importante, dire qu'on payait pour avoir des petites vacances, il pouvait en profiter quelques minutes. Immédiatement, il cria aux autres :

''Aller, venez ! Elle est bonne ! ''
Il riait bien et se déliait les muscles dans l'eau.
avatar
Schiffer

Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Subaru le Dim 2 Mai - 19:56

Subaru resta allonger sur la plage. Il pensa à la mort de celui qui aurait du être son compagnon. Enfin "mort"... Il l'était aussi. Mais l'homme en question venait de se faire effacer sous ses yeux. Il n'a rien pu faire pour le sauver. Et il devait maintenant aider le meurtrier de cet homme. Jamais Subaru n'avait été forcé d'aider un meurtrier. Pourtant il était prêt à aider cet homme. Il voulait l'aider. Que faire?

De toute façon je n'ai pas le choix, je dois l'aider si je veux pouvoir retrouver la personne qui souffre à cause de ma mort. Je dois l'aider, pour lui, pour ma sœur et aussi pour toutes les personnes ici présentes, qui veulent s'affranchir de leur destiné... "devenir réel"...

Subaru se releva et observa le lieu ou il était.

Une plage... Ma sœur adorait les plages je crois... Je la comprend... C'est beau...

Subaru était trop perdu dans ses pensées pour faire attention à ce qui l'entourait, notamment les cris d'un jeune garçon de son groupe.
avatar
Subaru
– Ne fait plus partie du RP –

Messages : 27
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Warp le Dim 2 Mai - 20:10

Le noir le plus total.
Alberich était maintenant dans le néant le plus absolu. Un infini obscur. Une sorte de vague plate-forme délimitée en carrés, s'étendant à l'infini. Et il était là, sans son costume.
Il avait l'apparence d'un monstre.
Il marchait, il marchait... sans savoir vraiment où il allait. Où était-il déjà ? Où était son costume ? Ses cartes ? Il se sentait perdu.
Il ressentait encore la présence terrifiante du Professeur T. Esbald.

Il se mit à avoir peur sans savoir pourquoi. Il courut ! Il courut aussi vite qu'il pouvait, tandis que le décor restait le même. Il fuyait une force invisible.
Il était dans son âme.
Un terrain de jeu infini, une obscurité sans fin. Le néant absolu. Le vide ultime. C'était tout ce qu'il restait de l'âme d'Alberich après qu'il ait subi toute ses expérimentations. Il avait perdu ses rêves, ses espoirs, ses relations, sa volonté. Il n'était resté... rien. Absolument rien. Les scientifiques de son monde l'avaient tout simplement anéanti.
Et il courait dans les restes de son esprit.

Il s'arrêta.
Il était seul. Il était un monstre. Personne ne voudrait devenir ami avec lui. Il n'était qu'une coquille vide. Si jamais un membre de son groupe voyait son visage... il serait éternellement banni et exclu. Comme avant.
Cela ne devait pas se produire. Il ne devrait jamais montrer son visage.

Il entendit des bruits de pas.
Cela s'approchait de lui, lentement. Alberich regarda fixement le noir... avant de voir qu'une forme humaine s'approchait de lui. Il ne saurait pas dire ce que c'était, mais il ne tenta pas de fuir. La forme était grande, avait un grand corps musclé, mais c'était tout ce qu'on pouvait dire.
Elle tendit sa main au Cartomancer et posa seulement une seule question :


"Est-ce que tu comptes seulement te prendre en main et tenter de me retrouver ?"

--------------------------

Alberich se réveilla en hurlant dans un décor paradisiaque.
Il respira lentement et passa ses mains sur son corps. Le costume était là. Le masque était là. Les cartes étaient là. Il soupira et se leva. Mais où était-il ?
Une île stellaire... avec une plage et une mer. Il resta immobile, fixe, et attendit que les autres se réveillent tout en préférant ne pas observer Schiffer qui se relaxait dans l'eau.
avatar
Warp

Messages : 68
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Darphenix le Dim 2 Mai - 20:32

 Le Professeur n'avait pas relevé ses remarques, pour une fois que Darphenix était sérieux. Ou plutôt aurait-il été plus juste de dire qu'il n'en avait pas eut le temps. Un homme au cheveux bleu avait manifesté son mécontentement de manière beaucoup plus radicale et avait attaqué sans hésiter une seule seconde Esbald. Si Darphenix avait su établir qu'il aurait pu être tué par un simple gobelet de métal, ça n'avait visiblement pas été le cas d'Ike dont le sort avait été exceptionnellement démonstratif. L'idée de s'opposer au Professeur avait disparu de la même manière qu'Ike dans l'esprit du Lancier.
Et ensuite, le néant...
 Il se réveilla, il ne saurait dire combien de temps après. Un brise douce caressait son visage et la sensation en même temps agréable du sable chaud, mais néanmoins horripilante car ce dernier grattait dans tout les vêtements lui firent ressentir une fois de plus que, selon ses propres critères, il était bel et bien vivant. Il se redressa mollement et frotta ses yeux plein de sommeils.

 Il entendit quelqu'un crier et le son caractéristique d'un "plouf". Il ouvrit immédiatement les yeux! Une plage. Une plage immense! La mer qui s'étendait à perte de vue. La ligne d'horizon se fondant dans le ciel. C'était trop beau. Il se sentit soudain accabler par la chaleur et, sans réfléchir à autre chose, se jeta à l'eau.
Après ce qu'il venait de vivre, se détendre ne lui ferait surement pas de mal.
 Il plongea aussi souplement qu'une anguille et rejailli derrière celui qui était déjà dans l'eau. Ni une ni deux, il le noya!

- AAAAAAH AH AH AH! J'TAI EUS ! Hurla-t-il en luttant pour maintenir sa pauvre victime sous l'eau saline.
avatar
Darphenix

Messages : 69
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Schiffer le Dim 2 Mai - 21:25

Schiffer resta immobile pendant plusieurs secondes, faisant semblant d'être noyé. Puis, il lâcha un grand coup de pied (pas très utile, il était dans l'eau après tout) qui effraya darphenix et partit alors en nage le plus rapidement possible. Il avait avalé du sel mais il allait assez vite de toute manière. Il cria à son poursuivant

''C'est pas juste je savais pas que t'étais dans l'eau, bluurb (bruit d'avaler un peu d'eau), maintenant tu peux plus m'attraper.''

Il partit à la nage très rapidement
avatar
Schiffer

Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Sazer le Dim 2 Mai - 21:37

Voici enfin le début du voyage...
Sazer s'était vraiment tenu à l'écart de la conversation car il savait bien qu'il fallait se méfier de ce savant. La preuve fut là avec l'extermination d'Ike qui fut... pathétique. Il n'eut d'autres mots. Au moins, les intentions d'Esbald étaient plus que claires et ils voulaient se servir à tout prix de ces personnes dont lui... Les fous...

Le voyage commença enfin dans le néant, comme son arrivée dans cet espèce d'ascenseur mais cette fois-ci il en avait conscience... Enfin, conscience de quoi ? Avec un tel discours, il pourrait se remettre en cause mais jamais personnes n'influencera la personne de Sazer. Il est beaucoup trop orgueilleux pour être le pantin personnel d'un savant.
La traversée dans l'espace du néant n'était pas si désagréable que ça... Au contraire, si on laissait tomber la peur primaire de ce vide infini et de croire à l'arrivée sur terre. Tout peut être agréable, seule la peur dicte la souffrance. Ce n'est qu'une simple information...

Comme un long tunnel, le colonel sortait enfin de ce couloir d'espace temps... Il apparaissait comme par magie dans le ciel d'un autre monde, plus joyeux aux premières impressions. On aurait dit que ce tunnel débouchait directement dans un coin du ciel de ce monde...
Enfin, quelle importance... Le plus important était de voir qu'il était dans les airs et que... la gravité normale de ce monde fit qu'il tomba naturellement... dans l'eau.

Il était en face d'une plage où une forêt s'étendait à perte de vu... Ce serait ça le premier monde à visiter. Un endroit de choix pour attiser ses charmants compagnons. Sans perdre plus de temps, Sazer regagnait la plage. Il détestait être dans l'eau. Il avait horreur de l'eau...

Sur terre, il regardait les autres personnages d'un air presque supérieur. Maintenant qu'il était loin... enfin, c'est ce qu'il aimerait croire... de ce Esbald. Il pouvait prendre un peu les choses en main. Il détestait se plier à la quête de ce dingo mais... ce savoir, il aimerait lui aussi tant le connaître.
Il était temps de se ressaisir et de se mettre en route. Mais si ça tenait qu'à lui, il serait partit seul mais le savant fou avait insisté sur une notion de collectivité... quelle galère... Malgré tout, il était colonel et il savait diriger des hommes. Ils pourraient servir même s'il doutait qu'ils se montreraient indépendants...


- Eh bien, eh bien... En vu de la situation, nous pouvons que nous plier à la quête de ce Esbald... pour trouver le savoir d'un autre dingo.

Sazer remettait en place le verre de son monocle qui avait glissé un peu. Il lâchait un soupir avant de reprendre son sourire habituel et d'attendre que les autres se reprennent.
avatar
Sazer

Messages : 55
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Léon Vogüé le Dim 2 Mai - 22:29

Continuity

(La musique ne s'affiche pas ? Téléchargez-la ici : http://bluelaguna.net/downloads/mp3s/suikoden-v-5-ost/136+The+Two+Guardian+Runes.mp3)

 La solitude... C'est tout ce que pouvais faire ressentir ces lieux à la reflexion, reflexion de ceux qui l'observaient minutieusement tout autours d'eux. L'infinis, le vide, l'interminable, de la mer... L'infinis, le vide, l'interminable, de l'espace... Dans les deux cas... L'ésseulement... L'isolement... L'exil, l'abandon et le délaissement... Total... Absolû... C'est petit à petit ce qui fût ressentis au fond de chacun d'entre eux qui étaient au plus calme, à part pour Schiffer et Darphenix qui s'amusaient sur la mer – sûrement ceux qui prennent la vie le plus facilement. Mais pourtant, quand on regardait, ce décors avait l'air si... Triste, et vide. Ils se sentaient tellement isolés du monde. Car tout se prolongeait à l'infinis. La mer à l'horizon du ciel bleu, d'un côté, la natûre et les arbres faisant face à un espace se prolongeant sans fin, de l'autre... Certains n'avaient pas encore remarqué l'étrange et surnaturel de l'autre côté et n'avaient encore observé que la mer, mais pourtant, force était de remarquer... Et alors que, séparément des cris d'amusement de Darphenix et Schiffer, l'on pouvait entendre la solitude elle-même, à travers les rugissements répétitifs de la mer, et, du côté de la natûre, un son distinct de vent, qui remuait les feuilles dans un concert de brinchages, dont on ne sait même pas d'où il vient car le vent ne peux exister dans l'espace. Des deux côtés, la côte semblait s'étendre à l'infinie, et au-dessus de leur tête, il n'y avait qu'une ligne orangée qui délémitait le ciel et l'espace. Le jour et la nuit. En un seul et même instant. Quel était ce tendroit ? Ils n'avaient pas encore réalisé... Ils ne s'étaient pas encore demandé...

 Et lorsque la solitude elle-même meurt, c'est lorsqu'un élément nouveau apparaît. Car aussi banal et anodin peux paraître à leur oreilles les amusements des deux tourtereaux, il n'en est pas autant pour d'autres. C'est là qu'une voix, vieille, usée, et proffonde, raisonna étrangement.

 — De la visite ? Voila bien longtemps...

 Ils se retournèrent, pour voir au-delà de quelques grands arbres, un vieil homme avachi sur une chaise, un pinceau à la main, en train de peindre un portrait. Il continuait de fixer sa toile, totallement subjugué et pris dans son oeuvre, si bien qu'il avait prononçé ces mots visiblement sans les avoir regardés, probablement en se basant seulement sur le son des voix qui étaient venues à ses oreilles fatiguées.



 Au-delà des arbres, l'on s'approchait pour voir plus distinctement ce qui l'entourait. Éblouît et mis en avant sous la lueur du ciel bleu qui, mystérieusement, s'étendait par-dessus l'espace pour arriver au-dessus de lui et éclairer son aire de travail, malgrès le fait qu'il se trouve du côté de la natûre et de la nuit, avec autours de lui quelques chaises et barrières clouées, signe d'habitation proche, ça peux paraître étrange à dire mais, il semblait ici chez-lui. La vision semblait insolite, le spectacle singulier, alors que le ciel éclatant sous lequel il se trouvait laissait place en vue d'horizon à une nuit noire et cosmique. La simple vue de ce curieux ensemble eût un effet si immersif et particulier sur le groupe qu'un léger vent vînt, de concert avec leur sentiments, caresser leur peau et les arbres, dans ce qui fît l'effet d'une nouvelle bourrasque orchestrale pour les branches et les arbustres. Sentant les regards s'adressant à lui, l'énigmatique vieillard se détacha un instant de son tableau et détourna le regard vers les nouveaux venus. Il agita ses lunettes pour être sûr de bien voir, et observa ses hôtes. Il suppose que la moindre des politesse est de se présenter...

 — Bonjours. Mon nom est Léon Vogüé. Et vous êtes ?

 Les branches des arbres remuent à nouveau. Le vent souffle, à nouveau.
avatar
Léon Vogüé

Messages : 12
Date d'inscription : 02/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Schiffer le Dim 2 Mai - 23:19

Schiffer fit un sourire à Darphenix puis regagna la plage. Il marcha vers cet homme. Il ne l'avait même pas aperçu auparavant... C'était un peu bizarre. Il semblait plus pris à faire sa peinture qu'à parler aux invités mais bon... Il marcha vers lui quand même. Le jeune homme était encore trempé, les cheveux plaqués sur la tête, à moitié déshabillé. Il était quand même très heureux vu les circonstances et alla voir le vieil homme. D'une voix encore haletante de la baignade extrême, il lança

'' Hééé bien. Je suis Schiffer, je viens d'un petit coin du monde et en arrière ce sont mes amis. Il semblerait que nous soyons un peu perdus, où sommes nous ?''

Il tendit la main vers le vieil homme, en plus d'un sourire chaleureux.
avatar
Schiffer

Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Warp le Lun 3 Mai - 16:20

Bon bon bon.
Il fallait maintenant se remettre et s'éclaircir l'esprit. Alberich était maintenant avec des gens qui devaient ne pas l'apprécier, dans un lieu au milieu de nulle part, dans quelque coin paumé dans l'espace. Il était mort. Il avait été transporté dans un ascenseur gigantesque où il avait rencontré un personnage tellement puissant qu'elle ne pouvait être décrite. T. Esbald... cet homme avait laissé une impression on ne peut plus forte sur le Cartomancer, qui se sentait limite traumatisé par la puissance épique du Professeur.

Quel homme.
Il avait montré un potentiel in-fi-ni. Il avait montré à tous qu'il ne jouait pas dans la même catégorie, il faisait partie de la haute. Un des scientifiques de son monde utilisait un certain terme pour qualifier les Mages qui avaient atteint un pouvoir inimaginable : Fergessonesque, en rapport avec un certain individu qui était venu il y a des centaines d'années. Peut-être était-ce ce fameux Archimède ou bien Esbald qui était venu faire un brin de visite. Quoiqu'il en soit, le Professeur était Fergessonesque. Sa puissance, son pouvoir était tel qu'il avait pu faire exploser une planète en jetant un verre dessus.

Le jeune garçon aux cheveux bleus... s'était attaqué à cet étrange personnage qui fascinait Alberich. Le résultat avait été bien simple : ce guerrier impétueux avait été annihilé. La phrase resta quelques secondes dans l'esprit du cobaye. Ce combattant musclé et bien armé n'avait rien pu faire. Le Professeur l'avait enchaîné de manière à anéantir son corps puis à l'envoyer se faire exploser sur une autre planète.

On ne pouvait pas le combattre.
On ne pouvait pas lutter contre lui.
On devait obéir à ses ordres.
Trouver les notes de l'Archimède...
Et devenir réel.

Le concept de devenir réel était étrange. Alberich tâta son corps... il était bien matériel, mais était iréel ?
Il réfléchit longuement... et cet homme dans son esprit, qui était-il ?


"Bonjours. Mon nom est Léon Vogüé. Et vous êtes ?"

Le Cartomancer fut interrompu dans sa réflexion par un vieil homme qui était en train de peindre. Alberich voulut consulter ses cartes qui restèrent... muettes. Il faudrait encore attendre un peu avant d'obtenir des réponses, la pression insupportable qu'avait subie Alberich avait du un peu brouillé sa magie. En espérant que cela ne soit que temporaire, il se contenta d'un laconique :

"Alberich. Enchanté. Vous venez souvent ici peindre ?"
avatar
Warp

Messages : 68
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Gordon Blake le Lun 3 Mai - 16:34

Je me réveillais alors. Je supposais que le Professeur nous avait envoyé ici après son discours et après avoir anéanti le téméraire jeune homme aux cheveux bleus. De par cette action, le Professeur nous avait fait un splendide étalage de ses pouvoirs et je me rendis compte qu'il avait été plutôt clément face à nous, compte tenu de la punition qu'il avait réservé à cet idiot. Je trouvais cela très exagéré de tuer -car après tout, c'était un meurtre- l'une des personnes qui aurait pu l'aider à retrouver la connaissance de l'Archimède, mais d'un autre côté il l'avait menacé. Mais il aurait pourtant très bien le faire plier normalement, sans être obligé de le massacrer et de l'annihiler. Ce qui me confortait dans mon idée que le Professeur nous avait bel et bien sauvé mais n'était pas à considérer comme le plus amical des alliés pour autant. Il nous aiderait, il avait besoin de nous, mais c'était uniquement car il avait réellement -quelle ironie d'employer ce mot vu notre situation actuelle, par ailleurs- besoin de nous. C'était tout.

Bien. Je me levai alors et je pus voir les deux jeunes hommes arrogants du groupe entrain de s'amuser dans l'eau. Dans la mer. Effectivement, je pus voir là une plage et la mer semblait s'étendre à l'infini, avec le ciel bleu qui nous changeait de l'austère tour dans laquelle nous étions auparavant. Je me retournai alors et vis une forêt luxuriante, qui semblait s'étendre à l'infini. L'infini ... Une forêt et une mer sans fin. Sans fin ... Eternel ... Ces pensées m'éveillèrent de douloureux souvenirs. Une existence immortelle à travers les temps, condamné à vivre jusqu'à la fin de temps, maudit par ce qui donnait également un énorme pouvoir, quelle cruelle ironie ... C'était une définition de mon existence. Mais il n'était pas temps pour moi de me morfondre sur ma condition. Chassant ces pensées de mon esprit, je me mis à marcher en suivant le reste du groupe.

Je vis alors un vieil homme, occupé à peindre une toile avec toute son attention, comme s'il n'avait jamais arrêté de peindre durant des années et vivait ici. Il devait certainement vivre seul, ici, perdu entre l'immensité de la mer et la forêt infinie, avec le ciel pour seul témoin de sa présence. Je ressentis de la compassion pour lui, il devait éprouver énormément de solitude. Puis ... L'homme se mit à nous parler :

— Bonjour. Mon nom est Léon Vogüé. Et vous êtes ?

Surpris qu'il ait arrêté de peindre et se mit à nous parler, j'entrepris de me présenter et de lui demander quelques informations sur le lieu où nous nous trouvions. Comme il semblait le seul habitant de cet endroit ...

Geddoe, mercenaire. Savez-vous où nous sommes ? Quel est cet endroit ?
avatar
Gordon Blake

Messages : 59
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Darphenix le Lun 3 Mai - 16:39

 Hmm, Schiffer lui avait échappé, tant pis, il allait se lancer à sa poursuite quand il se redirigea vers la plage. En regardant pourquoi son camarade le quittait, il alors ce qui lui avait échappé depuis son arrivé dans ce monde.
La forêt...
 Immensément vaste, elle aboutissait sur ce qui ressemblait au néant. Et le ciel lui aussi. Alors qu'au dessus de sa tête il était d'un bleu pur, plus loin, vers la forêt, il se fondait dans l'espace sans aucune aspérité. Un spectacle bluffant et irréel. Mais tout ça dans le fond il s'en fichait. Il n'était pas du genre à s'émouvoir de la beauté d'un paysage. Ce qui importait c'était l'homme qui, le plus naturellement du monde, peignait tranquillement. Darph se précipita hors de l'eau et, toujours en caleçon, rejoignit Schiffer qui semblait avoir déjà établi le contact.

- Hey Hey M'sieur! Vous vivez là? C'quoi votre nom? (Il ne l'avait bien sur pas entendu) C'est votre passion la peinture? En fait laissez tomber, on est ou ici?
avatar
Darphenix

Messages : 69
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Luna le Lun 3 Mai - 18:32

Il fait chaud. Bien plus chaud que dans la tour. Ce n'est pas une sensation. C'est réel. Je m'assois sur mes genoux. Pourquoi ? Pourquoi était-il mort ? Pourquoi le Professeur avait-il tué l'idiot aux cheveux bleus ? Pourquoi ? Il n'était pas vraiment mort, mais plutôt effacé. Pourquoi lui avait-il fait cela ? Il avait été si violent. La violence n'était pas nécessaire. Pourquoi ne pas avoir utilisé les mots ? Pourquoi ? Je ne sais pas. Je ne sais jamais rien. Je sais juste que je ne voulais pas qu'il meurt. Pourquoi avait-il été aussi intrépide. Il savait bien qu'il ne faisait pas le poids. Pourquoi s'était-il énervé ? Ce n'était pas nécessaire. C'était inutile. Et il n'allait pas être ressuscité. Il avait disparu à jamais. Pourquoi ? Pourquoi la mort existait-elle ? Je la déteste.

Mes larmes commencèrent à couler. Je ne le connaissais pas le moins du monde. Je l'avais même trouvé idiot. Je l'avais jugé. Malgré ça, je ne voulais pas qu'il disparaisse. Malgré sa stupidité, il avait l'air sympathique. Je ne sais pas pourquoi. Je voudrais le savoir. J'aurais tellement aimé le savoir. Mais je n'aurais jamais de réponse. Quelqu'un était "mort" devant mes yeux, et je n'avais rien pu faire. Est-ce genre de personne que je suis ? Incapable et inutile, laissant les gens périr devant ces yeux. Sûrement. Sinon, il ne serait pas mort. Mais si je l'avais aidé, je serais morte également. Je suis lâche. Je le sais. Mais le Professeur est bien trop fort pour nous. Je le respecte, mais il me fait peur. Je ne l'aime pas. C'est étrange. Pourquoi l'a t-il tué ? Le ressusciterais t-il si je lui demande ? Sûrement pas. Il me tuerait pour avoir tenté de lui demander quelque chose. Mourir ...

Je n'aime pas ce que je suis. J'ai laissé cet idiot mourir, sans agir. Je suis inutile. Si seulement j'avais réagi. Le Professeur était tellement fort, et tellement rapide. Je n'aurais même pas eut le temps d'agir. Je m'en veux. Mais si jamais je meurs, je ne les reverrais jamais. Je ne peux me le permettre. Je veux les revoir. Même si j'ignore leur identité. Je tiens à eux. J'aimerais devenir réelle, et ainsi les revoir. Une dernière fois. Une première fois. Mais pour faire cela, je dois devenir une personne que je n'aime pas. Obéir au Professeur. Lui obéir, et devenir comme je l'ai fait. Regarder des gens mourir. Prendre la vie d'innocent. Est-ce le seul moyen de les revoir ? Obéir à un criminel et tuer. Ainsi est ma destiné. Le destin que m'avait accordé Harmonie était sûrement mieux. Mais celui imposé le Professeur me fait peur. Je vais changer. Je vais me détester. Mais je suis obligé.

Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je n'ai même pas encore ouvert les yeux. Où suis-je ? Je ne sais pas. Je devrais ouvrir les yeux. J'entends les deux garçons que je n'aime pas crier. Ils ont l'air heureux. Comment peuvent-ils l'être après avoir vu l'idiot au cheveux hérissé mourir. Eux non plus n'ont pas agis. Ils n'ont pas de cœur. Je les aime encore moins. Je dois sûrement être la dernière à me réveiller. Je suis aussi la plus imbécile. Ils ont peut être raison. Ils se fichent de la mort du garçon. Peut être l'avait-il mérité ? Je ne pense pas. Personne ne mérite de mourir. Je devrais arrêter d'y penser. En suis-je capable ? Je ne sais pas. Je sèche mes larmes. Je pleure souvent. Je ne suis qu'une incapable.

Je décide enfin de me relever. Je ne pleure plus. Je ne dois plus pleurer. Il serait capable de me tuer. Je continuerais à penser à lui. Pour son sacrifice, je me battrais et deviendrais réelle. Je deviendrais réelle pour les revoir, et pour lui. Je m'en fais la promesse. Je fais beaucoup de promesse. Devrais-je arrêter d'en faire ? Les promesses sont les seules choses qui me permettent de rester forte. J'en ai besoin. Je continuerais d'en faire jusqu'à ce que je devienne réelle. J'espère que c'est pour bientôt. Je deviendrais réelle. Pour l'idiot, pour eux. J'obéirais deviendrais sûrement une criminelle. Mais je deviendrais réelle et je les reverrais. Je le ferais.

J'ouvre enfin les yeux. La lumière m'éblouis. Il fait beau. Il fait chaud. La mer s'étend devant nous. L'eau à l'air vraiment pure. J'aimerais m'y baigner. Mais le cœur n'y est pas. Je préfère rester sur la plage, a admiré le paysage. Les deux que je n'aime pas se baignent. Les autres sont sur la plage. Le ciel est beau. Il est bleu également. J'aime bien ce paysage. Il est bien plus beau que le paysage de la tour. Je préfère cette dimension. Est-ce une dimension ? Je ne sais pas. J'aimerais rester ici. Est-ce l'une des dimensions que nous devons visiter ? Je l'espère. Passer du temps ici me ferait le plus grand bien. Mais je ne pense pas que c'est possible. Rien n'est possible.

Une voix se fit entendre. Les deux sortirent de la mer, et passèrent devant moi, sans s'arrêter, afin de rejoindre la voix. Les autres firent la même chose. J'analysais les paroles de cette personne. C'était une voix d'homme. Il s'était présenté. Léon Vogüé. C'était bien un homme. Il voulait savoir qui nous étions. Depuis ma rencontre avec le Professeur, je préférais me méfier. Je n'ai fait que des mauvaises rencontre depuis cet renaissance. Aucun de ces hommes n'a l'air d'être très chaleureux. Aucun ne voudra me parler. Ils doivent me trouver trop gamine. Après tout, c'est la seule image que je leur ai donné. Une gamine qui ne fait que pleurer. Je suis bête. Trop bête.

Je me retourne. Je les aperçois. Ils sont autour de ce Léon. C'est une personne âgé. Qui est-il ? Je ne sais pas. Le paysage derrière lui me fait peur. Il peint tranquillement, alors que derrière lui, une sombre forêt, ainsi qu'un ciel sombre. J'espère ne pas devoir m'aventurer dans cette forêt. L'atmosphère qui s'en dégage est loin d'être chaleureuse. Elle me fait peur. Comme la tour. Je m'approche d'eux. Je ne vais pas rester isolée. Ils se présentent tous. Ils lui font confiance. Pourquoi ? Je ne sais pas. Dois-je lui faire confiance et arrêter d'être méfiante ? Sûrement. Je n'avancerais pas en adoptant une telle attitude. Je ne sais pas. Je dois me décider. Je vais paraître impolie. Je m'approche finalement du Monsieur, tout en restant à distance de mes soit disant "amis" comme l'a dit ce dénommé Schiffer, l'un de ceux que je n'aime pas. Il ne nous connaît même pas, et nous considère comme ses amis. Je ne suis pas son amie.

Schiffer, Darkphenix, Geddoe, Alberich. Quatre de mes nouveaux compagnons. Nous ne sommes plus que trois a être restés inconnus. Je n'ai pas envie de leur parler. Aucun d'eux ne m'inspirent confiance. Ils me font peur. J'ai souvent peur. Peut être est-ce dû à l'âge. Je ne pense pas. Ce doit être moi. Peut être ai-je vécu quelque chose de traumatisant. Sûrement, sinon je ne serais pas morte. Je les fixe. Je regarde le vieil homme. Il n'a pas l'air si maléfique que ça. Le fait qu'il peigne le rend encore plus mystérieux. Je commence à avoir confiance en lui. Je suis naïve, je change rapidement d'avis. Mais seulement sur lui. Les autres me font toujours peur. Peut être qu'en leur parlant, la peur disparaîtra ? Je ne sais pas. Mais je n'ai pas envie de discuter avec eux. Je vais quand même répondre à ce Schiffer. Je vais lui faire savoir que je ne suis pas son amie, puis je me présenterais à Léon. C'est sûrement la meilleure solution. Oui, c'est celle que je choisis.

Schiffer, n'est ce pas ? Je ne suis pas ton amie. Quand à vous, enchantée de vous rencontrer Monsieur Léon. Je m'appelle Luna.


J'ai du paraître impolie. Ce n'est pas grave. Je ne le regarde pas. Je regarde Léon. Va t-il répondre aux question des autres, où va t-il les éviter comme le Professeur. Je ne sais pas. On verra bien.
avatar
Luna

Messages : 54
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 22
Localisation : Argenteuil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Schiffer le Lun 3 Mai - 21:22


Schiffer, n'est ce pas ? Je ne suis pas ton amie.


Ces mots choquèrent pas mal Schiffer, il avait essayé d'être sympa et il n'était même pas capable d'être l'ami d'une petite fille d'une dizaine d'année. Peut-être qu'il devait sourire un peu plus ? Hé bien... Elle ne le regardait pas, comme si elle était gênée par sa remarque. Peut-être le regrettait elle car cette remarque était plus blessante qu'elle ne le semblait. Il répondit tout de même d'un ton qu'il essayait enjoué mais qui était plus ridicule qu'autres choses et vraiment pas convaincant :

''Hé bien, Luna. Je sais que nous ne sommes pas amis, nous ne nous connaissons même pas, j'ai seulement cherché un terme qui pourrait tous nous désigner... dire '' une bande de perdus'' aurait été assez... bizarre. Bon, désolé tout de même.. ''

Il lâcha un autre de ses mythiques rires nerveux.
avatar
Schiffer

Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Léon Vogüé le Mar 4 Mai - 11:54

 Que c'était étrange, se disait Léon... Voila bien longtemps... Il resta un moment, en silence, tant il était rare qu'un évènement extérieure vienne le sortir de son activitée habituelle. C'était tellement curieux... Il laissa échappé un air intrigué qui se lû distinctement sur son regard, et pris pour activitée singulière de regarder avec attention chacun d'eux... Il observa ces étranges personnes un moment et... Le vent souffla à nouveau, comme pour l'accompagner. Ce sentiment... Oh quand était-ce déja, la dernière fois que des gens étaient venus ici ? Oui, c'était cette fois là... Cela semble remonter tellement, pour lui... Alors, fait rare, il reposa son pinceau et pris pour déçision d'acceuillirs ses invités, et, avec la légère brise pour inciter son corp, il tenta de se relever d'un coup sec de son fauteuil, mais sans vraiment y parvenir; il se leva non pas sans preuve de force pour signe de son vieil age, ses vieux os usés lui donnèrent quelques difficultée... Mais cela faisait si longtemps. Il se donna quelques peu de mal, puis finallement parvînt à se tenir debout. Il fît face aux étranges étrangés, remontant ses lunettes comme pour vérifier si ce qu'il voyait était bien réel, et se dépoussiéra d'un bon coup son haut-de-forme pour paraître un semblant plus présentable. C'était tellement... Spécial. Ce sentiment...


(La musique ne s'affiche pas ? Téléchargez-la ici : http://sd-2.archive-host.com/membres/playlist/7879972240986967/06_-_Reminiscence__Theme_de_Leon_Vogue.mp3)

 En accord avec ses ressentîs, une nouvelle brise, cette fois fraîche et teintée de nostalgie, envahis le charmant jardin. Les feuilles, les branches, les buissons et les arbres... Tous remuent en parfaite harmonie avec l'extraordinaire coup de vent qui, étrangement, était doux et agréable, porté et encouragé par des souvenirs lointains et quelques-peux éffaçés, encourageant un grand concert de la natûre environnante. Tous remuèrent ensemble dans magnifique son naturel, le peintre ressentîs comme... De souvenirs lointains revenirs à lui. Furtivement, quelques feuilles se détachèrent de leur nids et vînrent rejoindres le vieil homme en parfaites unisson, virevoltant autours de lui dans un vent d'Automne au milieux d'un décors de Printemps, sous une nuit éclatante au-dessus de leur tête pourtant éclairée par un ciel rayonnant devant eux. Rayonnant... Le ciel avait-il déja rayonné autant sur moi ? Même le ciel était nouveau. Il rayonnait et lui tenait chaud comme il avait l'impression que jamais auparavant. C'était tellement insolite. Insolite... La solitude... Oui, cet endroit, il y avait passé tellement de temps seul... Cet endroit... Des invités... Mon dieu, Vogüé, où sont tes manières !? Alors que soudain, le vieil homme ressortis de sa réflexion transcandentale, il se remua quelques-peux comme pour êtres sûr que tout autours de lui était bien réel. Ce sentiment... Le vent soufflait à nouveau, plus fort mais toujours tranquille, et venait jusqu'aux joues du groupe, comme porteur des sentiments du vieil homme. Le peintre se repris quelques-peux, et alors il se présenta, nerveusement.

 — Oh, désolé, j'étais quelques-peux perdu dans... mes pensées... Oh, mais c'est sans importance. Oh, eh bien, hem, donc, je suis, Léon Vogüé. Enchanté !

 Il avait écouté chacun d'eux avec une certaine fascination. C'était tellement rare et étrange pour lui. Tellement longtemps qu'il n'avait pas revû quelqu'un ici... La dernière fois... Non... Le monde à nouveau était pris d'une lueure étrange, et tout autours de lui dépaignait la nostalgie... Quel étrange sentiment... Le vent était là pour l'accompagner. La natûre elle-même. Ce pourquoi il était là...

 — Oh, excusez-moi... Vous, je veux dire... Ça fait si longtemps que quelqu'un n'est pas revenû ici ! La dernière fois c'était... Non, je veux dire... Enfin, cela fait si longtemps ! Je vous en pris, assistez-vous... Hum, non... Je veux dire... Hum, donc, qui êtes-vous ? Qu'est-ce qui vous ammènes ici ?

 Il avait un air très gêné, et quelques-peux peiné... Il tatônna vivement son gilet de sa main comme pour la dépoussiérer à nouveau, mais ce n'était qu'un tic, il était très nerveux. Il ne se sentait pas très à l'aise... Oh, mais qui sont-ils au fait ? Il les avaient écoutés mais n'avait pas vraiment tenter de comprendre... Il tenta de les discernés un peux mieux... Oh mais c'était... Oui, ça semblait bien être... Oh !! Un air surpris vînt rejoindre l'air gêné du vieillard.

 — Oh, oooooh !! Je... Désolé... Désolé, je... Alors vous êtes... Mais oui vous semblez bien êtres... Ah, je vois ! Oh oui je comprends ! Oh mille excuses, j'aurais dû comprendre plus tôt mais voyez-vous, je, c'est tellement calme ici, disons que l'on perd quelques-peux le... Cours du temps et des choses. Alors vous êtes... Oui, et vous venez... Vous avez vu... Ah, oui... Non, non, inutile de me dire, et inutile de d'en parler; ce doit etre déja assez difficile comme ça ! Allons, allons ! Je, oui, hum, donc vous devez-vous demander où vous êtes... Oui, je croit, oui... Alors, heu, je me nomme Léon Vogüé.

 Dit-il en tendant sa main vers le groupe... Quand soudain, il se dévisagea d'un léger sentiment de panique, alors qu'il réalisait qu'il venait de se présenter pour la troisième fois. Vogüé, Vogüé, mais qu'est-ce qui te prend !? Il marqua un silence, alors qu'il rentrait sa main tendue dans la poche de son gilet. Il se sentais mal, il n'était pas à l'aise du tout. Il réalisait qu'il se sentait un peu comme un enfant... Tellement impatient, tellement empressé ! Calmes-toi donc...

 — Je, désolé, hum. Vous savez, après tant de temps passé seul ici... Hum... Vous voyez, vous êtes, eh bien, à cet endroit que l'on nomme "La Croisée des Chemins". Il est un lieu insolite entre toute les dimensions de cet étrange monde. Il est calme, serein, imprégné par la natûre et la tranquillitée... Il ... Il dépeint le calme et la sérénitée... J'y suis si détendu... Oui... C'est, voyez-vous, disons, le... lieu idéal, pour quelqu'un comme moi. Cette immense quiétude elle... me correspond, oui. C'est, disons, l'endroit qui m'inspire le plus pour peindre, alors j'y vie jours après jours, seul. Je... Il est très rare de recevoir des invités, voyez-vous...

 Il laissa échapper un bref moment d'égarement à nouveau, à la pensée et l'observation du paysage, avant de se reprendre.

 — Alors, hum, des questions ? Vous voulez discuter ? Allons, a-a-asseyez-vous...

 Il laissa échapper un léger rire gêné et étouffé. Gêné, il était gêné ! Beaucoups trop mal à l'aise. Il ne savait pas comment se comporter de. Tu te comportes mal ! Ressaisis-toi ! se criait-il à lui-même. Il tentait de reprendre son calme, quand la sereine brise nostalgique revînt à lui et lui caressa le visage, comme pour l'inviter à revenir au calme. Oui... C'était agréable... Mais, mais, il n'avait pas le temps ! Vogüé, mon vieux Vogüé ! Tu manques à tout tes devoirs ! Tu ne vois pas qu'il n'y a pas assez de fauteuils ici ? Vous n'allez pas discuter debout ! Et tes manières, Vogüé ? Invites-les donc ! Oui, oui...

 — Hum, veuillez m'excuser, je manque à tout mes devoirs ! Allons, il est évident que nous n'allons pas discuter ici ! Ha, hum... Je, je vous invites chez moi ! Ce n'est pas loins, à l'autre bout du jardin. Venez.

 Il s'apprêter à tendre la main et à se présenter à nouveau... Mais non ! Il se ressaîsit. Il leur montra le chemin. La brise. Il faisait un vent léger à nouveau. C'était agréable. C'était étrange. C'était il y a longtemps... Non, non... N'y pense pas... Et ne pense pas non plus à la dernière fois. De quelques grands gestes nerveux et hésitants, il les invita à le suivre.

 — Allons... Venez !
avatar
Léon Vogüé

Messages : 12
Date d'inscription : 02/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Schiffer le Mar 4 Mai - 12:27

Ce vieil homme était vraiment très étrange, il semblait que le vent suivait ses humeurs... Mais ce n'était sûrement qu'une impression. Le plus important fut ce qu'il disait : il vivait ici seul depuis très très longtemps. Cela devait être assez déconcertant de voir arriver devant sa maison une bande de joyeux (et non joyeux) lurons. Pas étonnant qu'il se présenta 3 fois. Bon, ce Leon avait tout de même l'air très sympathique, il ressemblait au grand-père de Schiffer. Il les invita alors à aller s'assoir dans sa demeure. C'était assez gentil. Il devait vouloir un peu de compagnie après tout ce temps.

Schiffer dit donc qu'il arrivait puis couru chercher ses affaires dans le sable. Il secoua son chandail et prit ses armes, mais ne les porta pas sur lui. Il les cacherait à quelque part. Après tout, se faire inviter chez quelqu'un et porter des armes, qu'on ne portait pas avant, ça ne porte pas vraiment la confiance... Bon, il couru donc vers le groupe pour les rattraper.
avatar
Schiffer

Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Darphenix le Mar 4 Mai - 12:56

- AH AH AH! Avait rit Darphenix quand Luna avait remballé Schiffer. C'est qu'elle a du caractère la ptite! Cria-t-il en ébouriffant les cheveux de Luna. Ton premier râteau? Glissa Darph au remballé après qu'il eut répondu à la demoiselle.

Léon vogüé avait déblatéré un long discours au cours duquel il s'était beaucoup répété. Beaucoup trop pour un Daephenix qui commençait
déjà à le considérer comme un vieux gâteux bégayant et souffrant de trouble de mémoire. Il affirmait que cet endroit lui procurait une sérénité sans pareil mais le fougueux jeune homme était loin d'être convaicu, bien au contraire. Il supporta tant bien que mal ses arômes redondantes en songeant que, bonnsang, l'air Marin lui avait donné faim. Il en était à espérer que personne n'entendrait son estomac grogner.

Pourtant, étrangement, quelque chose chez ce vieillard. Le vent sembler vibrer de concert avec ses émotions, et ce type devait avoir l'esprit plus serein que ne le laissait présager ses paroles. Enfin, il leur proposa de discuter.
"noooooooon" songea-t-il, "il va bégayer... L'an prochain on est encore là..."
mais il se reprit et les invita plutôt chez lui.
"YES! S'il est un bon hôte il servira à boire et à manger!"

Il essuya d'un discret revers de manche un peu de salive qui avait coulé de sa bouche.
avatar
Darphenix

Messages : 69
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Warp le Mar 4 Mai - 16:52

Ce personnage, Léon Vogüé, était un peu semblable à Alberich.
Il, le cartomancien, ressentait l'énorme gêne de ce vieux peintre lorsqu'il parlait. Visiblement, l'individu n'était pas très habitué à voir des gens, et devait s'être plongé dans une intense solitude depuis... des années et des années ? Quoiqu'il en soit, la présence du groupe avait légèrement troublé cet étrange personnage. Il tentait de trouver ses mots. Il n'y arrivait pas et se plongeait dans une sorte de spirale infernale du ridicule.

Il était comme Alberich. Il n'était pas habitué à la présence d'autres individus et ne se sentait... pas à sa place.
Il était resté tant de temps seul... avec des fous et des handicapés. Des sages et des défigurés. En y repensant, les larmes lui montèrent aux yeux. Les expériences qu'il avait subi étaient aux limites de l'imaginable... et il comprenait que sa douleur ne pourrait jamais s'estomper. La cicatrice ne disparaîtrait jamais. Il vivrait toujours avec le souvenir d'un corps détruit et d'une âme anéantie... et avec ses cartes.

Il était tellement plongé dans ses réflexions qu'il n'écoutait plus Léon Vogüé. Il sentait le flux magique revenir en lui... et croisa les bras. Cet homme dans son inconscient... fantasme ou réalité ?
Qu'importe. Rien n'importait plus maintenant.


"Je vous invites chez moi ! Ce n'est pas loins, à l'autre bout du jardin. Venez."

Il leva les yeux, visiblement, Léon les invitait chez lui. Alberich réfléchit un moment et consulta ses cartes.


L'Impératrice était sortie. Les relations... le mouvement... les cartes disait qu'il vaudrait mieux suivre cet homme et sympathiser avec lui.
Mais plus que le message, quelque chose d'autre s'était produit.

Alberich tourna la tête vers ses compagnons, l'air curieux. Puis vers Léon. Non, ils n'avaient pas agi... haussant les épaules, il se leva et se dirigea vers Vogüé pour le suivre.
Lorsqu'il avait pris l'arcane de l'Impératrice... il avait entendu une voix.
avatar
Warp

Messages : 68
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Luna le Mar 4 Mai - 17:14

J'étais près de Léon. Je repensais à mes paroles. Peut être avais-je été méchante. Je ne sais pas. Peu m'importe. Après tout, il l'avait bien cherché. Il cherchait soi disant une façon de nous présenter. Quelqu'un lui avait-il demander de le faire ? Non. N'étions nous pas capable de parler ? Si. Alors peu m'importe les paroles que j'avais eut. Il n'avait qu'à se présenter lui même, et laisser faire les autres. Je ne regrettais aucunement les paroles que j'avais eut. Je ne le regardais même pas.

Pourtant, lui continuait de parler. Après s'être justifié, il s'était excusé. Il est vraiment bête. Pourquoi s'excuser. C'est inutile. C'est plutôt à moi de m'excuser. Mais je n'ai pas envie. Je ne veux pas. Il n'aura pas d'excuses de ma part. J'assume mes paroles. Il devrait assumer les siennes au lieu de se cacher derrière des excuses, comme l'ancienne moi. Mais j'avais changée. Cela pouvait être pris comme de l'impolitesse, mais peu m'importe. Je l'assumais.

Je regardais le vieil homme. Il parlait. Ou du moins, il essayait. En effet, il bégayait énormément. Peut être était-ce dû à l'âge ? Ou comme il le disait, au manque de compagnie. Peu m'importe, tant qu'il ne prenait pas une éternité à aligner une phrase. J'écoutais son discours. Il parlait beaucoup. Peut être même trop. Surtout que durant son discours, il s'était présenté trois fois, avait répéter les mêmes choses. Enfin, il avait tout de même répondu à leur question en leur apprenant qu'il était dans La Croisée des Mondes, et qu'il vivait ici, tout près. Pourquoi vivre dans un endroit isolé, comme il le faisait ? Je ne sais pas. Et pour dire vrai, cela m'importe peu.

L'autre homme, celui qui s'était baigné, l'ami de Schiffer, Darkphenix je crois. Comment avait-il osé m'appeler petite ? Ce n'est pas parce qu'il est vieux qu'il est plus mature quoi moi. Et le fait d'ébouriffer mes cheveux m'avait énervée. Pour qui se prenait-il ? Il m'avait touché. Il avait touché mes cheveux, mon chapeau. Ne lui avait-on pas appris les bonnes manières. Pour qui se prenait-il pour m'appeler ainsi et me toucher ? Il était aussi débile que son ami. Après tout, ils étaient pareils, normal de s'entendre. Et je n'aimais aucun des deux. Il était derrière Léon. J'étais un peu plus loin. Ayant acceptée l'invitation de Léon, je passai devant lui, lui laissant une petite phrase avant d'aller rejoindre l'Homme en Rouge et Léon.

Hum ... Darkphenix ? Ne me touches plus jamais.

Encore une phrase méchante. En même temps, peu m'importe, il l'avait cherché lui aussi. Et puis, j'avais acceptée d'effectuer la mission du Professeur, pas de m'entendre avec ces idiots. Leur bêtise m'insupportai, et je ne comptais pas me taire. Qu'importe ce qu'il me dirait tant que je devenais réelle ...
avatar
Luna

Messages : 54
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 22
Localisation : Argenteuil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Gordon Blake le Mar 4 Mai - 17:51

Je vis alors Leon Vogüé parler. Ou du moins, il essayait. Il me semblai qu'il était très gêné et qu'il ne savait pas vraiment quoi dire, car il bafouillait ses paroles et se répétait sans cesse. En même temps, après des années de solitude, rencontrer tout un groupe d'inconnus devait le surprendre et le déstabiliser. Je comprenais ce qu'il ressentait. Enfin, dans son discours pas très compréhensible, il nous avait donné une information : Nous nous trouvions à la "Croisée des Chemins". Cela voulait-il donc dire que nous n'étions pas dans un monde à part entière mais seulement une sorte de petit "monde de transition" avant que nous n'allions dans un autre monde ? Enfin, je lui demanderais. Leon me semblai toujours aussi gêné au fur et à mesure qu'il parlait.

Enfin, il se décida à nous inviter chez lui pour discuter plus à l'aise. Je fis quelques pas en avant et observai le reste de notre ... groupe. Le jeune arrogant venait d'ébouriffer les cheveux de la jeune fille et celle-ci lui avait alors adressé une remarque méchante. L'homme masqué continuait de consulter ses cartes, et à force il me semblai qu'il le faisait à chaque fois qu'on lui demandait quelque chose ... Ses cartes commandaient-elles pour lui ? Enfin, bon ...

Je me retournai en observant le paysage en attendant que Leon nous emmène chez lui. La mer semblait s'étendre à l'infini ... L'infini ...
avatar
Gordon Blake

Messages : 59
Date d'inscription : 28/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Subaru le Mar 4 Mai - 19:51

Ce Léon Vogüé a l'air d'être quelqu'un de bien.

Subaru était content de voir une personne à l'air chaleureuse. Pour la première fois depuis "sa mort", il trouvait quelqu'un qui paraissait accueillant. Il chassa de sa tête les mauvaises pensées et se présenta.

"Bonjour, je m'appelle Subaru Sumeragi, je m'excuse d'être venu ici sans autorisation monsieur euh Léon Vogüé.
Subaru s'avança pour s'approcher de l'homme et se tourna un instant vers la peinture de l'homme.

"Si ça ne vous dérange pas, est ce je pourrais regarder ce que vous étiez en train de peindre?"
avatar
Subaru
– Ne fait plus partie du RP –

Messages : 27
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Léon Vogüé le Mar 4 Mai - 20:19

Continuity

(La musique ne s'affiche pas ? Téléchargez-la ici : http://sd-2.archive-host.com/membres/playlist/7879972240986967/06_-_Reminiscence__Theme_de_Leon_Vogue.mp3)

 Les invités et leur hôte avaient maintenant fait un petit bout de chemin dans l'onirique jardin naturel. Éclairé par le ciel resplandissant en face, mais baignant sous la nuit, étrange paradoxe, ils avançaient à travers l'étrange jardin, qui réunissait tout type de plantes immaginable en ce mondes... Arbres et fleurs de toute sortes étaient réunies ici, et il n'était pas étonnant que, combiné avec l'étrangetée du vent en ces lieux, cet endroit soit source d'inspiration infinie pour le vieil homme. Subaru eût pris le temps de jeter un coup d'oeuil au portrait avant de suivre la troupe derrière Léon, et y avait vû le portrait d'une étrange femme d'un certain age, les cheuveux attachés, mais il ignorait qui c'était ni quel sens cela pouvait bien avoir. Ce n'était pas très important. Il suivait le peintre rêveur dans la féerie des lieux.

 Non loins de là, il y avait une palissade peint de blanc, qui délimitait un fort charmant jardin bien entretenu et où deux imposant chênes et un châtaignier s'étaient fait leur place, avec à leur pieds d'innombrables marguerites. Une table en pleins air qui sentait la solitude avec une seule chaise, et divers fauteuils de relaxation devant quelques cadres tantôt à l'essai tantôt encore blancs. Supplombant ce petit jardin personnel, l'évidente villa où habitait sans le moindres doute le vieil homme; elle devait faires deux voir trois étages à en juger par sa taille et les nombreuses fenêtres dont elle était affublée, la maison, tantôt en pierre pour le bas et en bois naturel pour l'étage, avait un air singulier, tout aussi étrange que le monde où elle se trouvait, d'autant qu'elle se tenait sur les deux côtés de l'étrange lieu; d'une part assise sur la plage, d'une autre part debout dans la natûre. La porte, située au milieux de la tranche malgrès que le jardin n'en était que vaguement affecté, c'était comme si la pierre tenait pour la plage et le bois pour la forêt. L'étrange contraste entre le mur de pierre en bas et le mur de bois en haut était mis en avant par une élévation en avant de l'étage de bois par rapport à la contruction de pierre au rez-de-chaussé. Quel étrange endroit...

 Vogüé poursuit sa route jusqu'à la clôture. Là, il s'arrêta net à l'entrée du jardin et se retourna vers ses convives. Il refît quelques gestes extravagants et impatient des bras en leur direction, et leur dit :

 — Eh bien... Venez ! C'est ici chez moi ! Vous voulez rester dans le jardin ou rentrer à l'intérieur ? Nous avons sûrement beaucoups de choses à nous dires !, termina-t-il d'un ton impatient.
avatar
Léon Vogüé

Messages : 12
Date d'inscription : 02/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Sazer le Mar 4 Mai - 20:31

La courte dispute ou la montée du ton de Luna réveilla Sazer dans ses réflexions depuis cette rencontre avec Léon. La réflexion de Luna en l'encontre de Darkphenix ou de Schiffler n'avait aucunes importances. Mais ce genre de discussion avait le don d'énerver Sazer surtout quand elle venait de gamins. Il ne put s'empêcher de lâcher un ricanement ironique et méprisable avant de déclarer.

- Ah... Les gamins, toujours aussi limités.

Mais quelle importance ? Léon semblait mystérieusement heureux de rencontrer des personnages dans ce coin perdu de ce monde. Il les invitait vers sa demeure. Ce serait un moyen d'en apprendre plus sur ce personnage comme sur ce monde... Enfin, ce monde n'avait que peu d'importance aux yeux de Sazer tant qu'il n'aura pas cerner cette curieuse personne.
Le groupa suivait naturellement l'étrange personnage vers sa demeure... Un lieu de bon goût pensa le colonel... Mais ce monde restait étrange avec ce paradoxe avec la nuit comme ce personnage était des plus insaisissables.
Ce vieil homme qui faisait de la peinture. Le vieillard semblait plus du tout habituer avec le contact humain... Il pouvait être semblable avec Sazer mais dans son cas, il savait jouer sur les apparences. Et qui sait, au contraire de Goykai, il aime autrui... Enfin, un personnage qui semblait avoir rien de plus banal pensa Sazer, mais après sa rencontre avec l'autre excentrique et inquiétant Esbald. Il fallait mieux se méfier de ce curieux personnage. Il était trop doux pour être honnête.
Il s'avança à son tour vers le peintre, le sourire aux lèvres et le bras gauche derrière le dos pour se donner l'air décontracté ou dominant...

Le colonel était loin d'être inquiet. L'inquiétude est un sentiment qu'il ne connaissait pas. Mais la méfiance était toujours de rigueur, il a toujours été méfiant avec autrui. Il s'avança comme les autres, souriant... Au lieu de perdre son temps dans les présentations inutiles vu qu'il ne reverra sans doute jamais ce personnage malgré son invitation... Même si le mystère était de la partie et elle entourait ce vieillard.


- Salutation. Je suis colonel Goykai, enfin ce titre n'aurait plus d'importance vu les circonstances... Cela peut sembler indiscret de ma part et veuillez me me pardonner. Avez-vous déjà entendu parler d'un certain savant T. Esbald ?

Cela pouvait paraître naïf et stupide de poser ces questions puériles à la rencontre d'un premier inconnu dans cette vaine quête. Mais le colonel voulait s'amuser et de voir l'expression de regard que pourrait jeter ce personnage à l'entente de ce nom. Son apparition dès leurs arrivées dans ce monde n'était sans doute pas un hasard pensait Goykai. Serait-ce un mauvais tour d'Esbald ?...
Goykai ignorait vraiment les intentions encore d'Esbald pour se servir d'eux... Alors qu'il a le potentiel a lui seul de mener à bien cette quête stupide... Enfin bon, que nenni se disait Sazer.
avatar
Sazer

Messages : 55
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Schiffer le Mar 4 Mai - 22:08

Schiffer rattrapa assez rapidement le groupe. Ils étaient en plein milieu d'un des plus beaux jardins qu'il n'ait jamais vu : il y avait des arbres et des fleurs de toutes les sortes inimaginables. En arrivant près du groupe, il donna une claque dans le dos de Darphenix et lâcha un

''Salut ! ''

Il continua de marcher. Ils étaient rendus à la maison de ce léon. Maison ?! En fait, c'était plus une villa, elle était énorme. Elle était d'un style assez déconcertant, style jungle des plages.... Ce qui avait un certain sens. Il franchit enfin la porte de la clôture...
avatar
Schiffer

Messages : 76
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Darphenix le Mar 4 Mai - 22:33

- Hum ... Darkphenix ? Ne me touches plus jamais.

Sur quoi elle passa devant lui avec tout le dédain du monde. AH! C'était trop fort. La naine se permettait un ordre. Et sinon quoi? Il aurait bien voulu voir ça. Après tout c'était pas comme s'il lui avait mis la main aux fesses... Elle était bien trop jeune pour ça, ça ne présentait absolument aucun intérêt. Ah la la, c'était quoi cette môme, chez lui les enfant révéraient les adultes.
Mais il refusait qu'un autre lui impose ses meurs locaux, plutôt imposer les siens. Surtout sur une gamine. Une gamine qui en plus se permettait le luxe de lui faire un commentaire désobligeant en écorchant son prénom. Ah oui, ça c'était le must.

- Ah... Les gamins, toujours aussi limités.

Tournant la tête, il vit Sazer qui le regardait comme un cafard avant de reprendre sa route. Lui il pétait plus haut que son cul. C'était clair et net. Ce groupe n'allait pas tarder à imploser. Presque personne ne savait rire et ceux qui savaient étaient montrés du doigt par les autres. Darph n'aurait pas été étonné si un combat avait du éclaté au sein de "l'équipe", et il aurait été ravi de fermer leur gueule à certain d'entre eux. À commencer par Sazer qui, dans le fond, était peut-être le seul qu'il n'aimait pas. Le mec aux carte était louche mais calme et poli, la ptite Luna était farouche pour son âge et se voyait surement plus grande qu'elle ne l'était, Schiffer était sympa et savait délirer, le pauvre Ike était téméraire et s'était fait atomiser. Subaru semblait assez innocent. Il devait être gentil. Quand au dernier... "Geddoe", il était particulièrement discret, pas désagréable, mais pas agréable non plus.

- Salut!

La claque dans le dos de Schiffer lui fit reprendre ses esprit. Il décida de rattraper les autres, qui s'éloignaient de lui. Et plus particulièrement Luna. Passant devant Sazer, il soupira :

- Bon sang, c'qu'ils peuvent être coincés ces vieux...

Puis il arriva à hauteur de Luna. L'enfant marchait en suivant le vieil homme tranquillement. Souple et silencieux comme un félin, il tapota son épaule droite. Elle se tourna, évidemment, mais Darph était de l'autre coté, la blague de base. Il lui susurra bien au creux de l'oreille.

- Écoute Choupinette, le k je sais pas d'ou tu le sors, mais mon nom c'est Darphenix. Pas Dark. J'ai rien d'un émo. Après quoi il fit un bond en avant pour lui couper la route. Et puis franchement décrispe toi un peu. À ton âge on est censé s'amuser sans se soucier des conséquence. On respire l'innocence, la naïveté et on et tout mignon. Il sembla se perdre un instant dans des souvenirs. J'sais pas ce qui te crispe comme ça, mais faut passer dessus. Tu contribue à plomber l'ambiance là.

Après quoi il repartie derrière Vogüé. Les autres étaient déjà arrivé à sa demeure et Darphenix fut surprit de voir que le vieux Sazer avait déjà engagé la conversation. Il ne lui semblait pourtant pas avoir tant trainé avec Luna. Ma foi, ptêt que si, en fait. Décidant d'écouter plutôt que de se mêler d'une conversation avec un type qu'il détestait pour le moment, il s'installa le plus naturellement du monde dans un des fauteuils de relaxation et étendit les jambes, croisant les pieds.
Il ne le savait pas, mais il venait de répondre à une question. Il préférait, pour sa part, rester dehors.
avatar
Darphenix

Messages : 69
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 ~ La Croisée des Chemins

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum